Humour

  • CHARLIE HEBDO ; Charlie Hebdo ; les doigts dans le nez !

    Collectif

    • Les echappes
    • 15 Octobre 2020

    2020 fut l'année de la réforme des retraites, des grèves, des Césars, de Benjamin Griveaux, et bien sûr du Covid-19. "Pangolin", "hydroxychloroquine", "asymptomatique", "distanciation sociale" furent les mots qui firent danser notre quotidien danser notre quotidien et qui ont inspiré tout Charlie Hebdo. Malgré le masque, le gel hydoalcoolique et le télétravail, l'équipe du journal n'a rien lâché pour nous faire rire !

    Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'année en près de 400 dessins - parus dans le journal ou sur le site Internet - signés Alice, Biche, Coco, Dilem, Faujour, Félix, Foolz, Guiduch, Juin, Kuper, Riss, Salch, Schvartz, Vuillemi, Willem et Zorro. Mais aussi à travers des articles d'Antonio Fischetti, Fabrice Nicolino, Gérard Biard, Inna Shevchenko, Jacques Littauer, Laure Daussy, Philippe Lançon, Riss et Yann Diener.

  • Le rire de Cabu

    Cabu

    • Michel lafon
    • 1 Octobre 2020

    350 dessins cultes dont de nombreux inédits ;
    350 éclats de rire, des « coups de poing dans la gueule » qui démontrent que l'on peut rire de tout, surtout lorsque cela fait réfléchir !
    Des retrouvailles exceptionnelles avec ses personnages emblématiques :
    Le Grand Duduche, le Beauf, Catherine Saute-au-paf, l'adjudant Kronenbourg, etc.
    Ses dessins pour l'émission de Dorothée qui ont marqué toute une génération de téléspectateurs ;
    Ses dessins politiques sur tous les présidents de la Ve République, Macron compris !
    Aucun people n'est épargné, et surtout pas Johnny !
    Tous les sujets abordés : consommation, société, culture, les femmes, les jeunes, les cons !
    Ses combats pour l'écologie, le pacifisme, la liberté d'expression ;
    Ses maîtres incontournables et ses copains inoubliables ;
    Sa méthode unique pour devenir caricaturiste à votre tour !
    Bref, Cabu n'a pas fini de nous faire rire...et de nous manquer.

  • Cahier de la duduchotèque ; K-bu avant Cabu

    Cabu

    • Michel lafon
    • 1 Octobre 2020

    De ses premières influences comme Dubout (avec notamment une frise exceptionnelle de 3,40 m de long !) à ses premières parutions dans la presse locale (L'Union de Reims) ou parisienne (Ici Paris, Paris Flirt...), on voit naître le talent de Cabu qui signe encore « K-bu ».
    Observateur amusé de la société française des années 1950 en réduction dans sa ville de Châlons-en-Champagne, Cabu vole déjà dans les plumes des militaires, des curés, des bourgeois, et sait dépeindre à sa manière les travers de ses contemporains.
    Ces dessins de jeunesse ont été présentés lors de l'exposition inaugurale de la Duduchothèque de Châlons-en-Champagne en décembre 2018. Les Cahiers de la Duduchothèque Une collection de petits formats, comme des cahiers d'écolier (64 pages) pour rendre compte de la richesse et de la diversité des oeuvres de jeunesse de Cabu, que son épouse Véronique Cabut a déposées à la « Duduchothèque » de Châlons-en-Champagne.
    La Duduchothèque, ouverte gratuitement au public depuis décembre 2018, rencontre un grand succès en présentant une oeuvre méconnue et pourtant déjà exceptionnelle : premiers dessins dans la presse locale ou parisienne, archives et documents personnels. Une sélection de la collection permanente et des expositions temporaires y sont présentées tout au long de l'année.
    C'est d'ailleurs au lycée de Châlons que Cabu a créé son personnage fétiche : le Grand Duduche !

  • Dès ses premiers coups de crayon, le jeune Cabu - qui signe alors « K-bu » - a eu à coeur de faire rire ses lecteurs, son public. Moqueur, jamais méchant (pas encore en tout cas), souvent critique, tout débutant qu'il est, le sémillant dessinateur de presse s'inscrit déjà dans l'actualité et nous offre une description amusée de la vie provinciale dans les années 1950, digne reflet des films de Jacques Tati.
    Roi des blagues et des canulars tous azimuts, Cabu nous fait partager aussi, avec la complicité de ses copains, ses potacheries hilarantes dans les rues de Châlons. Des gags que l'on retrouvera d'une manière ou d'une autre dans les futures planches du Grand Duduche.
    Du rire, que Cabu décline sous toutes ses formes à travers les pages de ce numéro des Cahiers de la Duduchothèque : plaisanter, se moquer, ricaner, blaguer... rien que du rire !
    Les Cahiers de la Duduchothèque Une collection de petits formats, comme des cahiers d'écolier (64 pages), pour rendre compte de la richesse et de la diversité des oeuvres de jeunesse de Cabu, que son épouse Véronique Cabut a déposés à la Duduchothèque de Châlons-en-Champagne.
    La Duduchothèque, ouverte gratuitement au public depuis décembre 2018, rencontre un grand succès en présentant une oeuvre méconnue et pourtant déjà exceptionnelle : premiers dessins dans la presse locale ou parisienne, archives et documents personnels. Une sélection de la collection permanente et des expositions temporaires y sont présentées tout au long de l'année.
    C'est d'ailleurs au lycée de Châlons que Cabu a créé son personnage fétiche : le Grand Duduche !

  • Le bonheur de rire

    ,

    • Cherche midi
    • 15 Octobre 2020

    Le bonheur de rire vu par Wolinski, c'est l'élégance frondeuse d'une femme, la réponse désemparée d'un homme, la truculence d'un dialogue, la peinture à grands traits de notre époque où se succèdent des situations de tous les jours, banales et drôles, et la critique amusée du monde politique et de ses retombées.
    Puisés dans la collection personnelle de la succession Wolinski, ces dessins, réunis pour la première fois dans un livre, reflètent cinquante ans de production graphique pour la presse, le spectacle, la littérature et la tendresse amicale. On y retrouve un large panorama des thèmes de prédilection de l'artiste, tous animés d'un sens aigu de l'humour au service d'une liberté revendiquée et assumée.

  • Le dico Coluche

    Coluche

    • Cherche midi
    • 29 Octobre 2020

    Malgré sa courte carrière (1974-1986), Coluche a marqué les esprits. En témoigne l'incroyable diversité de l'héritage qu'il nous laisse, à la fois drôle, tendre et généreux.

    Parti de Montrouge, ville ouvrière de banlieue parisienne, sans un sou ni le moindre espoir de réussite, il a battu le record de vitesse du rire et terrassé l'adversité.
    Pêle-mêle, il aura demandé à la caissière du cinéma de Montrouge comment faire pour devenir comédien (véridique !), construit son théâtre[MP1] (le Café de la gare), et fini avec le César du meilleur acteur. Il se sera déguisé en femme pour épouser un homme et présenté à l'élection présidentielle comme n'importe quel citoyen devrait pouvoir le faire. Il est passé de la misère aux plus gros salaires de la radio et du cinéma, avant de fonder les Restos du Coeur.
    Était-il génial ? De son vivant, non. Mais depuis qu'il est mort, oui ! Tellement même, qu'une dame m'a dit un jour : « Ton père, il aurait mérité d'être juif ! » Juif, je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c'est qu'il aurait bien mérité d'avoir une deuxième vie, tant la première fut réussie.
    À la question : « Si vous aviez trois voeux à formuler... », il répondait : « Ben... une baguette magique, une deuxième baguette magique et... une troisième baguette magique... de couleurs différentes ! » Son rêve à lui, ç'aurait été de continuer.

    De A comme « Acte de naissance » à Z comme « Zorro », vous trouverez dans ce livre les armes avec lesquelles il a su franchir toutes ces frontières, celles qu'il préférait : le langage, le rire et le coeur.

    Romain Colucci ;

    ANNONCE ;
    Nous, Colucci Michel, dit Coluche, organisons un grand concours de chèques à mon nom. Le plus gros a gagné.

    ZÈLE ;
    Une dame qui avait porté plainte dans un commissariat pour le vol de son sac a retiré sa plainte : elle a retrouvé le sac. « Dommage », ont dit les policiers. Ils avaient déjà fait avouer deux Arabes.

  • Il y a quarante ans, Coluche défrayait la chronique en devenant le cinquième homme de la campagne présidentielle, derrière Giscard, Mitterrand, Chirac et Marchais.
    Il y a trente-cinq ans, l'Enfoiré rassemblait la France et « filait un rencard à ceux qui n'ont plus rien » en créant les Restaurants du Coeur.
    Ces deux épisodes sont passés au crible, avec pour ambition de les cerner au plus près et d'en révéler les ressorts inconnus.
    Pour appréhender au plus juste ces moments d'histoire, nous avons croisé deux approches. Celle des archives (articles de presse, photos et documents inédits) pour reproduire la vérité du moment. Celle du récit de Jean-Michel Vaguelsy (secrétaire et ami de Coluche), pour vivre de l'intérieur cette incroyable aventure.
    Toute ressemblance entre les faits rapportés dans cet ouvrage et des événements plus récents est à mettre sur le compte de la capacité du peuple français à ne pas se laisser prendre pour... ce qu'il n'est pas.

  • Psychologie de la connerie en politique

    ,

    • Sciences humaines
    • 30 Janvier 2022

    Nous aimons la politique autant que nous détestons ceux qui l'incarnent. Ils ne nous semblent jamais à la hauteur de nos espérances et des circonstances. Humains, trop humains... ou trop peu, parfois. Mais à trop noircir le trait, c'est la démocratie que l'on rature. Et les torts sont partagés. Car après tout, quel est le pire : gouverner ou voter comme des cons ? Ce livre collectif ne se veut ni un bêtisier ni une énième entreprise de dénigrement systématique de la politique, mais un ensemble de réflexions sur la responsabilité des gouvernants, des électeurs et des médias dans les crises de confiance à l'égard du pouvoir qui jalonnent notre histoire et culminent à notre époque.

    Avec les contributions de : Cécile Alduy, Laurent Auzoult, Michael C. Berhent, Dominique Bourg, Philippe Braud, Sophie Coignard, Tania Crasnianski, Christian Delporte, Pascal Froissart, Alain Garrigou, Jean Garrigues, Didier Georgakakis, Charles Haroche, Jean-Vincent Holeindre, François-Bernard Huyghe, Annie Jourdan, Karim Lebhour, Patrick Lemoine, Alexis Lévrier, George E. Marcus, Janine Mossuz-Lavau, Anne Muxel, Cédric Passard, Pascal Perrineau, Emmanuel Pinto, Didier Pourquery, Myriam Revault d'Allonnes, Romina Rinaldi, Brice Teinturier.

  • Jamais la même chose

    François Morel

    • Pocket
    • 4 Octobre 2018

    Béni soit le vendredi ! Chaque semaine, c'est la même chose : le peuple de France égrène les minutes, compte les heures - moment sublime, les ondes frissonnent - Monsieur Morel va causer dans le poste. Retour sur deux ans de chroniques du bocage, l'homme étant à l'humour Normand ce que Vialatte fut à la tomme d'Auvergne. Inventaire d'actualités intemporelles, éloge du sabotage, ivresse du pont-l'évêque, bilan cardiaque d'Alain Finkielkraut... Le temps passe, les pommes donnent, et c'est ainsi que Morel est grand !

    Préface de Guillaume Meurice.

  • Je n'ai encore rien dit

    ,

    • Pocket
    • 17 Septembre 2020

    L'air du temps façon François Morel, c'est une centaine de chroniques mordantes, salutaires, souvent assassines, toujours réjouissantes.
    Un ministère du Rire en France ?
    Des conseils pour lutter contre la gueule de bois ?
    Et pourquoi pas un hymne au camembert ?
    Chaque vendredi matin sur France Inter, François Morel récidive. Quelques minutes pour croquer l'époque dans ce qu'elle a de pire, et parfois de meilleur. Quelques minutes pour rire de tout, sans limites, et se consoler de la bêtise.

    Chroniques inédites de François Morel ;
    Illustrations de François Boucq ;

  • 150 drôles d'expressions

    Alain Rey

    • Le robert
    • 15 Octobre 2020

    Jouer avec les mots pour qu'ils ne se jouent pas de nous. Éclairer les obscurités, lever les couvercles qui font de nos expressions favorites des trésors cachés.

    Voilà ce qu'une équipe d'amoureux du langage, animée par Alain Rey, a imaginé pour nous permettre d'« en connaître un rayon » et faire que nous cessions d'« être dans le coaltar ».
    Quand on se lève « dès potron-minet », on peut reconnaître le minet, mais certes pas le potron.
    Si les choses se produisent « au fur et à mesure », qu'es aco, ce « fur » ?

    La langue française est une richesse, mais c'est aussi une boîte à malice. Déjouer cette malice, ce n'est pas trahir notre langage, c'est l'enrichir, et c'est nous faire plaisir.
    150 fois plaisir, par les temps qui courent, ce n'est déjà pas si mal !

    Racontées par Alain Rey, Linguiste et lexicographe reconnu, Alain Rey est l'auteur de nombreux ouvrages sur la langue française et l'un des principaux créateurs des dictionnaires Le Robert.

    Avec la participation de Stéphane De Groodt, Comédien de renom, ce natif de Bruxelles est également un funambule des mots connu notamment pour ses chroniques sur Canal+ qui ont donné naissance à ses célèbres Voyages en absurdie (Plon).

empty